11 abr. 2013

CAMUS, L'ÉTRANGER EN B. D. ( en comic)








Albert Camus - Jacques Ferrandez :  Cette association, les amateurs de bande dessinée en général, et de Ferrandez en particulier, en rêvaient depuis longtemps. Plus précisément depuis 1987 et la série Carnets d'Orient, qui relate la saga d'une famille de pieds-noirs des années 1830 à la fin des années 1950, et qui a séduit des milliers de lecteurs par la flamboyance de ses teintes à la Delacroix et son regard à la fois nuancé et sans concessions sur la réalité de la colonisation. 

Certes, Ferrandez s'était déjà attaqué à la montagne Camus, mais par un versant accessible, celui de L'Hôte, une nouvelle extraite de L'Exil et le Royaume que le dessinateur a adaptée avec un joli succès (17 000 exemplaires vendus). 

Cette fois, c'est un pic que vise Jacques Ferrandez puisqu'il a choisi L'Étranger, monument des lettres françaises qui souffre un peu aujourd'hui de son profil de roman pour lycéen préparant le bac français. 



                 




Avec ses aquarelles chaudes et irradiantes, Ferrandez offre une deuxième jeunesse à une oeuvre encore énigmatique. Sa plus belle réussite, en la circonstance, est d'avoir offert à Meursault, cet étranger à soi et au monde, un visage et un regard questionnant les certitudes sur lesquelles sont fondées nos propres communautés humaines : la morale, Dieu, l'amour, la famille. La confrontation de ce dernier avec les institutions froides et impavides chargées de le juger sans comprendre que pour Meursault, le chien d'un vieil homme vaut tout autant que Marie, la femme qui l'aime, constitue le sommet de cette très belle bande dessinée, dont Le Point vous offre en exclusivité les premières pages en attendant sa sortie en librairie.



vu dans: Lepoint.fr




No hay comentarios:

Publicar un comentario